Une année à créer de nouveaux espaces

Une année à créer de nouveaux espaces qu’est-ce que cela veut dire?

L’année 2021 – 2023 a été marquée par de nombreux mouvements. Sentiment d’avoir créé de nouveaux espaces de liberté.

Espace en décidant de me déplacer chez les gens. Prendre le métro, le tram, chercher le code, monter les escaliers… surprise d’arriver dans un lieu inconnu, dans une configuration inconnue, vouloir se placer quelque part, hésiter, puis trouver l’endroit le plus judicieux pour tout le monde. Et … travailler ensemble.

Espace de consultation en visioconférence. Envoyer un lien zoom la veille, me poster confortablement devant mon écran dans mon antre si petite et qui n’appartient qu’à moi, où j’ai laissé délibérément à ma gauche un tableau regroupant les photos de tous les amours de ma vie; me laisser glisser chez les gens qui me montrent leur lieu comme ils voient le mien. Et… travailler ensemble.

Espace d’ancrage avec une structure supplémentaire du Samusocial de Paris qui m’accorde sa confiance. Je ne dirais jamais assez le plaisir que j’ai à animer depuis deux ans ces séances avec les dames bénéficiaires. Leur motivation me renforce dans mes désirs et dans ma joie d’être sophrologue. Ces dames en situation (éphémère) de fragilité sont réellement puissantes, elles sont drôles et elles aussi, transmettent beaucoup.

Espace d’ancrage avec un lycée dans le 10e à Paris, où j’ai eu le plaisir de travailler avec deux groupes d’élèves de 1ère et de terminale volontaires et motivé•es, autour non pas des examens du bac français et du bac général comme elles-ils auraient pu s’y attendre mais autour de ce qu’elles-ils aiment dans la vie, leurs besoins, leurs désirs, et leur formidable aptitude à y accéder. Le groupe de 1ère a proposé de préparer un exposé pour l’année prochaine. Quelle belle idée. Renouvellement en 2022-2023, de cette aventure décoiffante.

Espace de transmission avec une formation autour de la sophrologie destinée aux enfants et aux adolescents pour l’Ecole Supérieure de Sophrologie Appliquée (ESSA) dans laquelle je retournerai l’année prochaine pour donner la même formation. C’était tellement passionnant. Les stagiaires de l’Essa, m’ont impressionnée par leur niveau de maturité et leur implication. Merci à Anne Almqvist la directrice et à Manon Soupault la directrice pédagogique pour leur confiance.

Espace de transmission en devenant jury agréé par la Société Française de Sophrologie pour faire partie des jurys de certifications « sophrologue praticien ». J’ai officié cet été à l’Institut de Sophrologie et de Sophrothérapie de Paris (ISSP), école où moi-même j’ai fait mon cursus de sophrothérapeute, et là aussi j’ai été impressionnée par le niveau des stagiaires et leur déjà si visible capacité à devenir des sophrologues compétents. Merci à Céline Attias pour sa confiance.

Espace de transmission aux sophrologues en devenir ou jeunes sophrologues que je retrouve régulièrement pour des séances de supervision. Toujours surprise par les demandes et les sujets abordés, je suis fière d’avoir le plus souvent affaire à des praticien•nes à l’esprit aiguisé et audacieux. Je ne les porte pas à bout de bras, je les accompagne sur un chemin où ils sont déjà de plein – pieds.

Espace de coopération en devenant membre du Conseil d’Administration de la Société Française de sophrologie. J’ai adhéré à cette société savante dans la semaine qui a suivi ma sortie de l’école en 2016 parce que je trouvais important de me rallier à une équipe de sophrologue qui « cogite » et qui par ses cogitations, met la sophrologie en mouvement.  Depuis deux ans je travaille dans l’équipe de Judith Dumas chargée de la communication. Heureuse de passer des heures à réfléchir avec elle et Christine Varnière, aux meilleures façons de communiquer autour de notre métier de sophrologue et ravie du succès de cette nouvelle rubrique que j’ai conçue pour la newsletter : « 1 thème, 6 questions, 3 sophrologues » qui laisse la place à mes consoeurs et mes confrères de s’exprimer autour d’une thématique chère à notre profession. Je suis bluffée par la qualité des textes qui me sont rendus et ne suis pas loin d’avoir envie d’en faire un jour un ouvrage que nous pourrions mettre à la portée du grand public. Et oui!

Espace de création, avec la presque invention d’un métier « Sophrologue & Poétesse » avec des directrices et directeurs de festivals littéraires qui ont fait appel à moi pour créer et animer des ateliers spécifiques de Sophro-Souffle créatif@ où le mouvement et l’expression du corps, le souffle, s’entremêlent à l’écriture et à la créativité dans toutes ses largeurs. Ces ateliers sont une fenêtre ouverte sur le champ de tous les possibles. Je cite le Festival Moi les mots, et Partir en livres à Landivisiau, orchestré par Cécile Chevalier – Morel, la Fête de la poésie jeunesse, orchestrée par Mateja Bizjak – Petit, le Festival les mots libres de Courbevoie orchestré par Dominique Raymond…

Espace de création, avec mon dernier livre « Dans tes bras » aux éditions Larousse, illustré par Marie Poirier qui navigue tranquillement dans le monde de la poésie jeunesse et dont ne me lasse pas d’être fière car il raconte à travers de courts poèmes, la mère et l’enfant que l’on est. Il raconte le pouvoir des sens et du souffle.

Espace d’ancrage à voir de loin maintenant mes livres précédents grandir, s’épanouir :  « 100 idées pour apprendre à (mieux) respirer » aux éditions Tom Pousse, « Mini Sophro autour des 5 sens » aux éditions Larousse, « Poèmes à murmurer à l’oreille des bébés » aux éditions Les venterniers, « Hop hop hop je grandis » 52 sophro-comptine pour apaiser votre enfant » aux éditions Dunod. Les particuliers comme les sophrologues les utilisent quotidiennement et me le font savoir.

Espace d’amitié enfin car au cours de cette année de mouvements, des liens se sont construits et se sont renforcé avec des consoeurs et des confrères. La force de la coopération n’est égale à nulle autre. Je ne m’avise pas de les citer car je serais mortifiée d’en oublier. Et cela se pourrait bien car à la veille des vacances, ma mémoire risque de me faire défaut. Je mentionne simplement le 1er Sommet virtuel de sophrologie, élaboré par Laurence Roux-Fouillet, et Sophie Chabaud, qui a permis à 7 consoeurs de faire chacune une conférence d’une heure sur un sujet déterminé pour un public très dense et très intéressé.

Il est temps pour moi de prendre quelques jours de repos et d’oublier de travailler, même si je sais qu’à l’intérieur de moi « ça travaille » en permanence, comme « ça respire » en permanence dans le corps des êtres vivants.

Nous nous retrouvons dès le 15 aout pour continuer de vivre l’aventure de la sophrologie ensemble.

Je vous souhaite un magnifique été et n’oubliez pas de glisser quelques beaux souvenirs dans un bocal imaginaire afin d’ouvrir le couvercle de temps à autres au cours de l’année, pour vous booster.

Marcella

Sophrologue et autrice, Paris 15e 

 

Sophro-Souffle créatif@ marque déposée. 

Suivez et partagez!

Laisser un commentaire