LA SOPHROLOGIE

La sophrologie une méthode corporelle-psycho

Créée dans les années 60 par A. Caycedo, neuropsychiatre, la sophrologie est une méthode d’accompagnement à la personne à médiation corporelle.

Elle propose un ensemble de techniques (guidées par la voix du ou de la sophrologue) basées sur la pratique de la respiration en conscience ; des exercices de tension-détente musculaire ; des mouvements doux issus du yoga qui permettent de prendre conscience de nos régions corporelles ; la visualisation d’images ou évocations positives ainsi que des temps de méditation.

Utilisée au départ dans le domaine médical et clinique, la sophrologie s’est étendue aux domaines du sport, de l’entreprise, de la famille, de la pédagogie. Elle adapte son langage à toutes et à tous et se pratique à chaque âge de la vie.

On dit souvent de la sophrologie qu’elle est une méthode psychocorporelle. Pourtant, la sophrologie s’intéresse avant toute chose au corps et à sa géographie.  Si on parle d’une méthode à médiation corporelle, c’est qu’elle passe par la conscience du corps, de ses mouvements, de ses postures, de ses sensations et ressentis. L’expérience du corps. 

Si on parle d’une méthode à médiation corporelle, c’est qu’elle passe par la conscience de la respiration, de ses différentes modalités et fonctions.  Et enfin, si on parle d’une méthode à médiation corporelle c’est que, les exercices proposés favorisent une détente à la fois physique et mentale. Ce double état de détente ouvre un espace nouveau dans lequel il devient possible d’agir en conscience, de manière plus constructive.

Alors oui, il est plus juste de dire que la sophrologie est une méthode corporelle-psycho car elle recourt au corps pour laisser émerger une pensée élargie.

Cette phrase du chorégraphe Philippe Decouflé fait écho à notre métier : « trouver avec le corps ce qui échappe à la tête : bouger, faire du sport, du vélo, danser ». Ajoutons : « mettre le corps en mouvement, que l’on soit assis debout ou même couché » et nous voici au coeur de la méthode. Car oui, la sophrologie s’inscrit totalement dans le mouvement de la vie et dans la conscience de ce mouvement. Elle donne de la vie au corps et du corps à la vie.

Il est pertinent de faire de la sophro lorsque j'ai besoin

(liste non exhaustive)

  • De me reconnecter à mon corps et à mes ressentis
  • De stopper les cogitations
  • De me relaxer
  • De gérer le stress ou l’anxiété
  • De gérer des émotions trop envahissantes
  • De retrouver de la vitalité physique
  • De retrouver une qualité de sommeil
  • De développer ma concentration
  • D’un accompagnement pré ou post opératoire
  • D’un accompagnement à un traitement médical ou à des douleurs chroniques
  • D’être soutenu•e parce que j’accompagne une personne malade
  • D’apprendre à vivre sereinement avec des acouphènes
  • De me détacher d’une ou de plusieurs addictions
  • De traiter une ou des phobies
  • D’anticiper un événement type examen, concours, entretien d’embauche
  • D’accueillir mon enfant de la meilleure façon qui soit
  • D’aborder sereinement un changement, une étape de vie
  • De reprendre confiance en moi et ou retrouver de l’estime pour moi-même
  • De mobiliser mes compétences et mes capacités
  • D’apaiser des relations conflictuelles
  • De trouver un meilleur équilibre dans ma vie privée ou professionnelle
  • De m’ajuster à mes besoins et possibilités du moment, de manière réaliste

les spécificités de la sophrologie

Le corps étant posé au centre de la méthode, c’est à partir de l’expérience de mon corps, de ses mouvements, de ses ressentis et sensations que l’évolution vers un mieux-être global s’amorce.

Elle favorise une détente à la fois physique et mentale. Vivre l’expérience de ma détente corporelle m’aide à prendre de la distance avec mes cogitations mentales ce qui me permet d’accéder à des solutions constructives.

Elle invite à accueillir « ce qui est ». Lorsque j’accepte « ce qui est », sans a priori, je crée de l’espace pour modifier ce qu’il me paraît important de modifier mais je crée aussi de l’espace pour cultiver les aspects plus positifs de mon existence.

Elle invite à observer les événements de la vie sous un axe légèrement différent. Lorsque j’apprends à faire un petit pas de côté par rapport à mes modes de pensées habituels j’ouvre un champ des possibles.

Elle met en lumière qu’une sensation positive corporelle agit de façon positive sur le mental. De la même manière qu’une pensée, une évocation, une image mentale positives agissent de façon positive sur le corps (étant entendu que ce qui est positif ou négatif est singulier à chaque personne). Il s’agit d’une forme de somatisation positive.

Elle tient compte de la particularité de chacun•e. Plutôt que d’offrir un « modèle de bien-être collectif », la sophrologie avance des techniques qui font appel aux ressources particulières de l’individu. J’apprends à puiser de manière illimitée dans le matériau le plus puissant qui soit : ma propre expérience de vie, et plus particulièrement, ce qui a été bon pour moi + ce qui est bon pour moi + ce qui sera bon pour moi dans l’avenir.

Elle est un outil à portée de la main. Les exercices sont concrets, relaxants, accessibles à tout le monde, à tous les âges. Il est possible de les insérer dans un quotidien souvent encombré. Avec de l’entraînement, elle devient un rendez-vous avec soi-même, une gymnastique de vie sereine.

En conclusion, la sophrologie recourt au corps pour laisser émerger une pensée élargie. Elle permet de créer un espace dans lequel agir.